Les situations difficiles, toutes les entreprises sont passées par cela ! Lorsqu’elles sont confrontées à des problèmes d’ordres financiers, le risk manager communément appelé “gestionnaire de risques” intervient ! Il est habilité à les résoudre rapidement et efficacement. Cette touche à tout peut évoluer dans un établissement financier, dans une société bancaire ou encore dans une grande firme multinationale !

Définition « risk manager »

Le risk manager a pour objectif principal d’anticiper, d’identifier et de réduire les éventuels risques auxquels est exposé son employeur lors d’opérations financières. C’est un homme de terrain qui s’implique dans plusieurs branches de la société !

Le risk manager occupe un rôle crucial dans l’entreprise dans laquelle il exerce. Il regroupe les renseignements et informations recueillies auprès des opérationnels pour les faire remonter à sa hiérarchie. En terme plus simple, il fait office de « détective privé », car ses premières missions concernent des travaux d’investigation. Et cela n’est pas toujours bien vu par le personnel. Cependant, il peut également prêter une oreille attentive aux problèmes de chaque employé.

C’est un métier innovant et motivant en perpétuel mouvement. Le risk manager ne risque pas de s’ennuyer au sein de son entreprise. Néanmoins, on estime que celui-ci est moins présent dans des établissements de santé malgré son savoir-faire et ses multiples talents.

Quelles sont ses missions ?

Qu’il évolue au sein d’une grande entreprise ou dans une PME, le premier rôle du risk manager est l’évaluation des aléas. Cette dernière permet d’instaurer un climat sain et de sécurité pour tous. Le gestionnaire de risques doit mettre en place des mesures préventives adaptées qui répondent aux besoins des travailleurs aussi bien que des employeurs.

Le risk manager doit savoir distinguer deux phénomènes bien distincts : aléa et danger. Au quotidien, ces termes peuvent être considérés comme synonyme. Mais dans le cadre d’une analyse de risque par rapport à la situation de travail, ils sont bel et bien différents.

Le risk manager est habilité à :

  • Identifier les dangers chimiques, biologiques, ergonomiques, psychosociaux, physiques ou sécuritaires.
  • Reconnaître les dangers apparents et ceux qui sont dissimulés.
  • Évaluer les risques. L’usage d’une grille d’analyse peut-être indispensable.
  • Trouver les moyens de prévention. À partir de la grille d’analyse, le risk manager peut trouver les solutions les plus appropriées. Ainsi, l’entreprise ne sera plus prise au dépourvu et ne recommencera pas les mêmes erreurs.

Les qualités requises pour un risk manager

Le risk manager est méthodique et organisé. Il ne laisse rien au hasard. Il est à l’aise à l’écrit comme à l’oral en étant l’interface entre la société et les employés. Comme c’est un travail qui n’est pas de tout repos, il doit pouvoir supporter la pression. Il doit au moins parler une langue étrangère surtout pour une entreprise qui est ouverte à l’international. Il doit faire preuve de rigueur, avoir un esprit d’analyse et de créativité très développé. Enfin, il doit maîtriser la législation fiscale en vigueur. Pour accéder à ce poste, un bac+5 est requis notamment dans la comptabilité, l’audit ou la gestion.

Laisser un commentaire